Catégories
français practical

9 conseils de rédaction pour améliorer son contenu et donc le SEO


Améliorez la qualité de votre écriture grâce à nos conseils et bonnes pratiques à mettre en place avant, pendant et après la phase de rédaction.


La rédaction de contenus Web ne se limite pas au seul acte d’écrire. Un contenu bien rédigé, ça se prépare à l’avance et même fini, il est toujours temps de le peaufiner. À vos claviers, voici comment faire pour améliorer votre style et trouver les bons mots. Et on ne parle pas forcément ici de mots-clés !

1. Définir sa cible pour choisir le bon ton  

L’objectif d’un contenu, c’est d’être lu par un humain. Avant de rédiger, posez-vous la question « pour qui je rédige ? ». S’agit-il d’un expert en permaculture ? Auquel cas, vous allez devoir utiliser un jargon technique. S’agit-il d’un citadin qui souhaite faire réparer son vélo électrique, mais qui n’y connait rien ? Dans ce cas, l’usage d’un vocabulaire rassurant et pédagogique est de mise. 

Vous l’aurez compris, la définition de la cible de votre contenu vous permet de choisir le bon ton, le vocabulaire adéquat et la formulation juste. Pour améliorer votre contenu, faites preuve d’empathie ! 

2. Clarifier le type de contenu, l’identité de marque et ses objectifs

Avant de passer à la rédaction, posez-vous ces questions pour mieux rédiger vos contenus : 

  • Quel type de contenu s’agit-il ? Une page commerciale ne s’écrit pas comme un article de blog. 
  • Quel est l’objectif marketing derrière le contenu ? Fidélisation, conversion, acquisition ? 
  • Quel est le positionnement de la marque et son identité ? Expert, relax, institutionnel ? 

Vous êtes rédacteur freelance ? Prévoyez un moment d’immersion en lisant les documents fournis par votre client et une phase d’acculturation pour aller voir ce qui se fait aussi chez les concurrents.

Vous êtes client ? Regroupez les informations pertinentes sur votre contenu. Libérez-vous du temps pour répondre aux questions du rédacteur sur votre métier et secteur d’activité.

3. Se concentrer sur un sujet par contenu

Partez toujours du principe que vous ne pouvez pas tout dire. Pour être efficace et pertinent, un contenu Web doit répondre à une problématique. Choisissez l’angle d’écriture selon l’intention afin d’améliorer la pertinence de votre contenu et de prioriser les informations.

Vous avez plein d’idées et le sujet vous passionne ? Tant mieux ! Faites-en plusieurs contenus, et réfléchissez à la bonne stratégie de maillage interne pour les lier entre eux. D’ailleurs, pourquoi ne pas faire un cocon sémantique ? 

💡 Relisez votre contenu et demandez-vous « ai-je répondu à la problématique ? ».  

4. Utiliser des outils pour rédiger des contenus optimisés 

Il existe de nombreux outils pour enrichir la sémantique et la qualité de votre contenu. Rappelons-le : la pertinence est un critère pris en compte par Google. 

Pour optimiser la sémantique de vos contenus, utilisez des outils comme yourtext.guru. Lors du choix de votre compagnon, vérifiez quels sont les critères sur lesquels sont basés les niveaux d’optimisation. 

Voici quelques outils pour chasser la faute d’orthographe et vérifier la grammaire :

  • Antidote, un logiciel de correction et d’aide à la rédaction,
  • les extensions sur navigateur Language Tool et Grammarly,
  • le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL),
  • le Bescherelle, un classique indémodable, 
  • La Grande Grammaire du français (disponible en ligne et en version papier),
  • Microsoft Word ou son extension Rédacteur. 

💡 Utiliser uniquement la fonction correction orthographique du Google Drive n’est pas la meilleure option. De nombreuses erreurs passent entre les mailles du filet du moteur de recherche !

5. Améliorer sa titraille pour mieux engager et faire cliquer

La rédaction du titre est un exercice de style qui nécessite un vrai temps de réflexion. 

  1. Vos titres doivent être porteurs de sens, donner envie de lire et introduire le paragraphe qui suit. 
  2. Posez des questions et inspirez-vous des PAA (People Also Ask) affichées sur la SERP.
  3. Interpelez vos lecteurs en vous mettant à sa place avec le « je » ou en utilisant la deuxième personne du singulier ou pluriel (« Je souhaite isoler ma maison. Comment faire ? » / « Comment isoler votre cave ? »)
  4. Ne faites pas de clickbait (titres racoleurs) de type « Cette astuce SEO rend fou les référenceurs et fait gagner 3 millions de dollars en 3 mois !!!! »
  5. Il y a des bons titres partout. Lisez des livres, des articles, les panneaux publicitaires à l’arrêt du bus et notez ceux qui vous inspirent.

6. Keep it short and simple (KISS)

Connaissez-vous le principe du KISS (Keep it short and simple ou Keep it simple, stupid) ? L’idée, c’est de simplifier votre style pour le rendre le plus compréhensible possible

Adoptez une structure directe, simple et lisible : sujet + verbe + complément, puis enrichissez-la selon les cas. Chassez les phrases trop longues, les adverbes et les tournures verbe + infinitif telles que : permettre de + infinitif, aller + infinitif, et cie.

Misez sur de l’actif et du présent. 

Simplifier ne veut pas dire appauvrir. Les recettes les plus simples, mais avec des ingrédients de qualité, sont souvent les meilleures.

7. Toujours relire ses contenus 

Pour rédiger des contenus Web bien écrits, procédez toujours à une phase de relecture. Elle est souvent négligée, faute de temps ou parce que la tâche est souvent perçue comme rébarbative. Pourtant, c’est le meilleur moyen d’améliorer son écriture, de repérer les fautes d’orthographe, les phrases trop longues, une syntaxe sibylline ou un double espace. 

Deux conseils : 

  1. Ne relisez pas votre contenu à chaud. Laissez reposer une heure, voire revenez-y le lendemain, l’esprit frais et la plume de nouveau affûtée. 
  2. Lisez votre contenu à voix haute. Si vous êtes en apnée, reformulez ! 

8. Adopter une écriture UX friendly 

Écrivez pour l’humain avant tout, et non pour flatter l’égo des moteurs de recherche. Mais rassurez-vous, il est possible de faire plaisir aux deux !

Évitez les longues énumérations pour placer vos derniers mots-clés de longue traîne. Privilégiez des formats lisibles tels que : 

  • les listes,
  • les tableaux,
  • les infographies.

Renseignez l’attribut ALT et la description. C’est non seulement une bonne pratique pour faciliter l’accès à votre contenu aux personnes malvoyantes, mais aussi pour améliorer le référencement naturel de votre contenu !  

Pour repérer les opportunités de figurer parmi les Featured Snippets de Google, jetez un petit coup d’œil sur la SERP lors de la rédaction de vos contenus. Ciblez aussi l’intention de recherche appropriée grâce à des outils comme Yourtext.guru ou Babbar.

Variez la mise en page en intégrant ces formats à vos contenus. Évitez les blocs de texte trop longs et aérez vos paragraphes. En cas de paragraphe h2 trop long, segmentez en insérant un ou deux h3. 

Enfin, un peu de gras pour mettre en avant les informations importantes, et c’est vos lecteurs (et leurs ophtalmologues) qui vous diront merci !

9. De l’importance d’une charte éditoriale

Pour améliorer votre rédaction et uniformiser le style de contenus, réalisez une charte éditoriale. Ce document pratique est une bible pour vos rédacteurs. Il sera tout aussi utile si vous souhaitez externaliser la rédaction de vos contenus. 

Utiliser Babbar pour sa strategie de netlinking